Chacun ne voit que ses blessures

Ce mois est pour moi une chance, il me permet de me poser énormément de questions donc de réfléchir et de méditer sur plusieurs sujets.

Au delà de ses interrogations, j’approfondis mes recherches et converse avec les autres pour avoir leurs avis.

C’est lors de ces conversations tardives que cette remarque m’est venue : chacun ne voit que ses blessures.

Il nous arrive dans la vie de ne voir que ce que nous avions eu à traverser, nos difficultés, nos peines et douleurs. On marche avec tout ce qu’on a connu comme malheurs , on connaît notre histoire plus que quiconque alors nous savons par quel  chemin périlleux nous sommes passés.

On pense alors avoir le monopole de la douleur et nous oublions que les autres ont aussi leurs blessures qu’ils essayent peut être de cicatriser. Que nous ne sommes pas les seuls à avoir rencontrer des difficultés dans nos vies .

Je pense que beaucoup de problèmes viennent de là, on ne parvient pas à se parler, à se pardonner, à se tolérer et il nous arrive même de fuire les autres ou de les ignorer.

Chacun ne voit donc que ses blessures et pense que le monde doit faire comme il le souhaite. Chacun oublie que l’autre a aussi sa propre histoire, son propre vécu.

Quand on se rencontre, on pense que l’autre vient d’un monde néant et c’est cela notre erreur, une belle et grande erreur.

Pour vivre ,être et grandir ensemble, il demeure une nécessité que nous nous forcions de voir les blessures de l’autre, ses déchirures, que nous essayons de le comprendre avant de le juger ou même d’émettre ne serait ce qu’un quelconque avis à son encontre.

Rien n’est le fruit du hasard dans ce monde, que ce soit nos comportements , nos réactions et même notre façon de voir le monde. Nous sommes le fruit de nos vécus et des expériences connues.

Le savoir doit nous permettre de mettre nos égos de cotés, de comprendre notre prochain et de savoir que chacun a ses propres blessures.   

Laisser un commentaire