Docteur Amadou Doumbia :  » Soigner les animaux, plus qu’une profession, une passion »

Passionné par les animaux, il a décidé de consacrer sa vie à leur porter secours et assistance. D’une passion, il a fait sa profession. Docteur vétérinaire, enseignant-chercheur, directeur de la Spana Mali, Amadou Doumbia est de ces hommes qu’on ne voit pas à la télé ni à la radio ni dans les journaux mais qui chaque jour dans le silence absolu changent le monde à leur façon. Hero du quotidien avec un parcours qui impose le respect et un courage à toute épreuve, sans nul doute une fierté pour le Mali.


Grand de taille, un léger sourire qui se dessine sur le visage, les mains ouvertes avec des gestes spontanés, cet homme a quelque chose d’imposant. Il cristallise tous les regards et ses mots semblent percer les cœurs de tous les participants dans la salle de formation de la Spana (Société de Protection des Animaux). Il parle d’animaux malades avec une voix qui transmettait aux autres toute la douleur qu’il ressentait en cet instant et toute la volonté qui l’animait pour changer les choses, il en parlait avec le cœur, une grande sincérité et illustrait tout ce qu’il disait au point de tirer des larmes à plusieurs participants dans la salle.
Cette passion d’Amadou Doumbia pour les animaux est née de la perte douloureuse de « Retintin » dans son enfance suite à une intoxication. Retintin est le nom du chien qu’il affectionnait énormément et qui vivait avec eux en famille.
Affligé par cette perte qui a bouleversé toute sa famille, il savait déjà ce qu’il voulait faire quand il sera grand : soigner des animaux.


C’est ainsi qu’il fait son premier cycle à l’école fondamentale de Kolokani et obtint son DEF à l’école de Darsalam. Orienté au lycée Askia Mohamed, il y etudiera les sciences biologiques. Après l’obtention de son baccalauréat, il s’envolera en Ex URSS précisément en Ukraine pour faire des études de doctorat en médecine vétérinaire. Rentré au Mali, il enchaine avec plusieurs stages dans des institutions vétérinaires et particulièrement à l’Institut Polytechnique de Katibougou (IPR) et au laboratoire central vétérinaire du Mali. Il intègre l’enseignement à travers le vacatariat et est chargé des cours de médecine vétérinaire, de maladies infectieuses et de la chirurgie vétérinaire. Sa maitrise du monde animal et sa facilité à transmettre lui permettent d’avoir le grade : Enseignant-chercheur, ce qui fait qu’il intervient dans plusieurs instituions et universités à l’IPR de Koulikoro et à l’université de Ségou.


Approché par la Spana, il a d’abord été directeur, chargé des questions vétérinaires en 1997. En 2003, il devient directeur de cette ONG. Ses nouvelles responsabilités quoi que nombreuses et grandes ne l’empêchent pas de continuer à donner ses cours. Sollicité un peu partout dans le monde, il donne des cours à l’Ecole Inter-Etats des Sciences vétérinaires à Dakar, à l’école vétérinaire de Lyon ou il est enseignant associé pour la médecine équine et aussi à l’université de Liverpool en Angleterre et celle de Californie aux USA dans le cadre de l’encadrement des étudiants pour leurs thèses de doctorat en médecine vétérinaire.
Pour lui : « Plus on s’approche des animaux, plus on les côtoie, plus la passion augmente ». En véritable passionné, il ne se contente pas que de donner des cours et des conférences.

Toujours sur le qui-vive, il est présent sur le terrain pour soigner les animaux, heureux de le faire, c’est de là que lui vient toute cette énergie et cette force. Patriote, il considère que chacun a le devoir de servir son pays.

Apporter des soins aux animaux est pour lui un moyen de contribuer à la construction de l’édifice national.

En soignant les animaux malades, il aide son pays car les animaux de travail comme l’âne, le cheval et le dromadaire en plus de l’élevage constituent la deuxième richesse la plus importante de notre pays et permettent à beaucoup de famille de pouvoir se nourrir. Malgré ce grand apport, ces animaux sont les plus maltraités. Il existe des lois contre la maltraitance des animaux mais il y’a défaut d’application. Tous ces problèmes font que notre homme se bat corps et âme pour la cause des animaux au Mali.
Il est aussi sollicité par des nombreux parcs zoologiques au Mali comme au Maroc en tant que chirurgien vétérinaire pour soigner des animaux sauvages (lion, panthère etc.). Travail à haut risque qu’il exerce et essaie de transmettre aux nouvelles générations.
Selon lui : « C’est une très grande satisfaction en tant que vétérinaire de pouvoir soigner un animal, le soulager d’une douleur ou d’une situation bien déterminée. Ils ont un regard de reconnaissance et c’est très réconfortant en observant bien les animaux, ça fait du bien »
Marié et père d’un enfant, le docteur Doumbia est surtout un grand ami pour tous ses collaborateurs, à l’esprit très ouvert et surtout un homme dont la passion pour les animaux n’a d’égale que son humilité. Toujours disponible, prêt à partager et à échanger, c’est une fierté de l’avoir et son combat pour la cause des animaux avec sa fabuleuse équipe de la Spana donne un espoir pour un changement de mentalité des hommes vis-à-vis des animaux.

3 thoughts on “Docteur Amadou Doumbia :  » Soigner les animaux, plus qu’une profession, une passion »

Laisser un commentaire