Je cherche encore et toujours des réponses

Dernièrement, je réfléchis énormément . Il m’arrive nuitamment de me réveiller et de ne plus pouvoir dormir. Seul dans le noir, toutes sortes de pensées me traversent. Il m’arrive d’avoir peur, de quoi au juste, je ne sais même pas. Romain Gary avait dit une phrase :« Pourquoi aurions nous besoin d’une raison pour avoir peur ? »

Il a tellement raison mais que serait l’homme s’il ne cherchait pas une raison à chaque chose, une explication à ce qu’il ne comprend guère. Son esprit cartésien est plus fort que tout même s’il sait que tout ne se résume pas à la logique. Néanmoins ne nous déroutons pas de notre sujet.

Ce qui me réveille la nuit est aussi ce qui tient tant de personnes sur pieds le jour : le besoin d’avoir des réponses.

Oui des réponses, ce besoin plus que tout me hante, m’habite et peuple mes nuits. Des réponses, je les cherche au quotidien dans tout et dans rien à la fois. Parfois il m’arrive juste de chercher un signe.

Le lecteur se dira sûrement quelles réponses ? Il a raison et je commettrai un crime si je ne lui répondais point. Je cherche des réponses sur le sens de la vie, ma vie, sur la mort, ma mort, sur l’oubli, le fait d’être demain un simple et vague souvenir, sur ma foi et surtout sur le sens de ma présence sur terre. Pourquoi suis-je né ? A quoi est ce que je sers, quelle est ma mission sur terre. Tout ce que l’on fait vaut-il réellement la peine ? Qu’est-ce que le monde retiendra de moi ? La vie n’est-elle qu’un leurre, un rêve duquel la mort douloureusement nous réveille ? Il n’est point question de philosophie mais d’un besoin de réponses. La recherche de ces réponses est-elle motivée par la peur de mourir , mourir pas dans le sens propre du terme mais être oublié et peut-être n’être même pas un vague souvenir dans le cœur de ceux qui nous ont aimé. D’ailleurs la mort ne met-elle pas fin à l’amour ?  Suis-je le seul à avoir besoin de réponses, suis-je le seul à me réveiller la nuit ! Je sais que non mais pourquoi j’écris tant, que je griffonne à ne pas en finir, écrire, est-ce le seul moyen d’exister après, de rester dans les mémoires.  Et quant il ne restera plus rien, il restera une photo. Quelle histoire cette photo va t’elle raconter ?  Je ne sais pas mais je sais que j’ai besoin de réponses comme tous les hommes.  Khamel  Daoud a écrit un jour une très belle phrase, que dit la phrase, je ne m’en rappelle plus mais c’est quelque chose comme ça ou presque : «  On pense que la vie est le spectacle de la mort des autres et toujours des autres, qu’on est immunisé et qu’on reste éternels. »

Je retourne me coucher, je parlerai encore à la nuit, peut-être qu’elle m’apportera enfin des réponses.

Laisser un commentaire