Lettre à mes amis !

Ce texte, je le dédie tout d’abord à mon ami et frère Aboubacar Sidiki Diakité dont la photo est en couverture de l’article et qui, depuis enfant a été le premier à me faire découvrir les délices de l’amitié et aussi à ma cousine Hassinatou que je fatigue tant mais que j’admire tant et qui sûrement est la plus grande lectrice de Borevi. Et ce soir , grâce à son insistance, j’ai pu finir ce texte.

Longtemps je voulais écrire à mes amis, leur dire quelques mots et toute ma reconnaissance. A chaque fois, le temps m’empêche de le faire et les mots malheureusement me fuient.

Ce soir, j’ai décidé de me lancer, que vais je dire, je ne sais point car l’écriture est une aventure qui nous mène vers l’inconnu et nous fait percer l’impossible.

Chers amis, je ne sais plus où on s’est rencontré, comment tout tout a commencé, quelles aventures, nous avions vécu ensemble et où est-ce que le destin aujourd’hui vous à mené.

Le lecteur de Borevi se demandera sûrement de qui parle ce texte, qui sont ces amis. Il a raison de demander. Et sur ce point, je vais l’éclairer. Ces amis sont toutes ces personnes  que j’ai eu la chance de rencontrer tout au long de mon petit parcours de vie, que ce soit sur un terrain, dans une classe, lors d’un voyage, dans une rue, dans une activité, peu importe l’endroit, une personne que la vie m’a fait croisé et avec laquelle j’ai eu la chance de cheminer. Ces personnes quelqu’en soit ce qu’on a vécu pour moi demeurent exceptionnelles et incroyables. Elles font désormais partie de moi à tout jamais.

Maintenant que ce point est éclairci, permettez-moi d’aller au fond de ma pensée et de dire à mes amis que je suis heureux et fier d’avoir croisé leurs chemins. Je ne me rapelle pas de tout ce qui s’est passé, de nos aventures mais une chose est sûre, cher ami, toi qui me lis, je te suis reconnaissant du fond de mon cœur, quelque part, tu as contribué à faire de moi ce que je suis. Tu m’as consacré de ton temps, de ton énergie et de tes pensées. Tu m’as permis de vivre des belles choses, tu m’as donné ce sentiment qui soit le plus important au monde, savoir que je compte aux yeux d’une autre personne, que j’existe et que je méritais de ton temps.

Je sais que tout n’a pas dû être rose, je ne suis pas facile à vivre, il se peut qu’il y’ait eu des incompréhensions, des querelles, des guéguerres et parfois même quelques bagarres, je n’en suis pas désolé, au contact, j’en suis heureux car cela fait partie de l’aventure de la vie et j’espère que malgré tout, nous sommes parvenus à récolter les morceaux sinon je ne t’en veux nullement et malgré tout je suis fier de t’avoir connu.

Alors cher ami, c’était pour te dire ceci, que je te garde là au fond de mon cœur, que je te remercie pour toutes les aventures, les conversations, les guerres, les sourires, tout simplement d’avoir fait parti de ma vie, d’avoir cheminé un temps avec moi dans ce train qu’est la vie.

Durant le trajet, où as tu fais escale, je ne sais plus, qu’es tu devenu avec le temps, quels sont les démons que tu affrontes aujourd’hui, quelles sont tes peurs mais aussi tes moments de douceur ? Je ne sais pas mais il m’arrive de me réveiller tardivement la nuit et d’y penser.

À ces heures, je bénis le ciel de t’avoir rencontré et quelqu’en soit oú tu as eu à faire escale, je te souhaite de vivre dans un monde rose avec ses épines car pour moi, vivre, c’est rire, se battre, pleurer, tomber et aussi se relever. C’est ce que je te souhaite, tu es un Homme et nul n’est parfait alors saches que tu mérites tout ce qui a de beau.

Tu mérites le ciel et la terre, je ne te les donnerai pas car je ne les ai pas mais à tout jamais, tu auras éternellement ma reconnaissance.

Et dis toi, que ton ami quelque part, peut-être loin, même très loin de toi pense à toi et prie pour toi. Prends bien soi de toi mon ami.

Cette lettre, garde la précieusement, c’est ma façon de te dire malgré le temps, malgré les alèas de la vie, je ne t’oublie pas et comme hier, je tiens à toi.

Laisser un commentaire